"

Cette rubrique expose les positions du Specis sur les grands sujets actuels. Ces positions sont élaborées en étroite collaboration avec notre partenaire, le Munci. Nos positions sont toujours déterminées dans un soucis d'ouverture et sont toujours assorties de propositions constructives.

Si vous vous êtes enregistrés sur le site, vous avez la possibilité de laisser un commentaire ou votre avis sur ces positions. Nous nous réservons le droit de supprimer les commentaires à caractère insultant.

"

Transférer mes compétences ? Non, merci !

On entend de plus en plus souvent parler de transfert de compétences. On a vu des transferts de l’outil de travail avec les machines outils déménagées en catimini vers d’autres cieux, des transferts de technologie, condition sine qua non pour obtenir de nos jours un marché en Chine, et maintenant, voici le transfert de compétences. Cela parce un « financier », armé de son tableur a brillamment trouvé que si l’on fait faire notre métier par « un salarié d’un pays émergeant », sa marge sera plus grande, les actionnaires seront contents et par là même il obtiendra un meilleur bonus ! C’est à peine résumé. Le financier peut aussi bien être le client que le fournisseur, le raisonnement reste le même.

Mais cette fois, l’affaire est différente ! Si le grand groupe financier (pardon, …industriel) était peut-être bien propriétaire de ses machines ou de ses technologies, il en va tout autrement des compétences. Nos compétences nous sont propres ! Elles sont le fruit de nombreuses années de travail et font partie intégrante de notre cerveau ! En ces temps de loi Hadopi, on peut même dire que nos compétences sont notre propriété intellectuelle. Il n’est pas question de les dupliquer, de les pirater, de nous en dépouiller ! Si nos chers dirigeants ou nos clients veulent exporter nos métiers, qu’ils ne comptent pas sur nous pour coopérer dans ce pillage. S’ils veulent faire faire leurs développements, leurs tests, leurs maintenances ailleurs, ils ont la documentation, qu’ils s’en servent ! Les sociétés détiennent les dossiers et les produits aboutis de nos tâches mais surtout pas nos connaissances personnelles et encore moins nos cerveaux ! S’ils veulent des gens compétents, c’est nous, c’est ici, ce n’est pas en offshore. Nos compétences nous appartiennent, bas les pattes !

Prêt de main d’oeuvre

Prêt de main d'oeuvre, vraie/fausse sous-traitance, régie... le rapport Chaudron relance le débat !

Monsieur Thomas CHAUDRON, ex. président du Centre des Jeunes Dirigeants, vient de remettre au nouveau Ministre du Travail un rapport sur les tiers-employeurs qui concerne tout particulièrement les professions de la branche SYNTEC.
Celui-ci apporte enfin des constats lucides et des propositions novatrices en matière de prêt de main d’oeuvre remettant clairement en cause le contexte actuel de la prestation de services (en particulier de la régie) telle que pratiquée par bon nombre de nos sociétés de service (SSII, sociétés de conseil...).

Externalisation et transfert de personnel

Le Specis et le Munci ont analysé la situation actuelle et ont élaboré trois propositions concrètes.

Les stages en SSII

Le recours aux stagiaires en SSII cache souvent des situations abusives (sous-salariat, facturation de stagiaires aux clients...etc).

Le chômage partiel

Déjà expérimenté par les sous-traitants de l’automobile, le recours au chômage partiel suscite l’intérêt de toute la branche Syntec, qu’il s’agisse des SSII ou des sociétés de conseil en technologies. Mais la mise en oeuvre du dispositif suscite la colère des syndicats. Un conflit sur le sujet est en germe.

Alliance du MUNCI et du Syndicat SPECIS (FCS - UNSa) dans la Branche SYNTEC

La Loi du 20 août 2008 portant sur la rénovation de la démocratie sociale (et réforme du temps de travail) change en profondeur les règles de la représentativité syndicale et particulièrement, de la négociation collective. Elle va engager une restructuration du paysage syndical en France au cours de ces prochaines années. Le rapprochement annoncé entre l’UNSa et la CFE-CGC, créera un troisième pôle syndical réformiste, indépendant et autonome, écartant la complaisance et la contestation systématisées.
Pour accentuer son efficacité de défense collective et individuelle de nos professions, le MUNCI(1) a décidé d'établir un partenariat très étroit avec le SPECIS(2), syndicat affilié à l’UNSa(3).