Specis / Actualités / AtoS - Bull

La direction du groupe ATOS / BULL annonce officiellement que l’intégration des sociétés du groupe BULL au sein d’ATOS est en cours et que le chantier des réorganisations et des regroupements d’activités serait finalisé fin décembre. Le véritable projet économique n’est toutefois pas connu à ce jour.

A ce jour, le Specis-UNSa sait seulement que lentité BULL avec ATOS Canopy totalisera un chiffre d’affaire de 400 millions d’euros dans le Cloud et qu’Atos annonce sa volonté de créer une entité vouée au Big Data et à la cyber-sécurité. Le discours officiel de notre direction est que cette fusion doit permettre au groupe de devenir le leader européen du cloud privé et souhaite engendrer des synergies de coûts de 80 millions d’euros en 24 mois, notamment grâce à une « accélération de la mise en œuvre de « One Bull ».

Un plan similaire est aussi en place au niveau du groupe ATOS et le Specis-UNSa ne peut que constater quATOS à lui seul n’est plus aujourd’hui que la 4ème SSII en France avec un chiffre d’affaire de 514 M€ soit une baisse de 9,5%. Un plan d’économie n’a jamais été un projet économique.

Suite de l’acquisition du groupe Bull, les organisations syndicales représentatives du groupe dont le Specis-UNSa ont été invité à un séminaire pour échanger avec la direction, afin de préparer la négociation pour harmoniser les accords des groupes ATOS / BULL sur l’organisation et la durée du travail, cela va évidemment prendre du temps.

Le groupe ATOS détient à ce jour environ 87% des actions BULL. Suite à l’OPA réussie d’Atos sur Bull, Thierry Breton cumulera le poste de PDG de la SSII et de président du conseil d’administration de Bull. Cinq autres dirigeants d’Atos rejoignent également le conseil d’administration. L’OPA amicale sur Bull s’est donc traduite par la prise de contrôle d’ATOS. La direction a annoncé en comité de groupe ATOS l’intégration de BULL SAS et SA dans ATOS SE.

Dans un premier temps il y aurait une collaboration opérationnelle des salariés des deux groupes. Une entité Cloud Big Data de BULL devrait être crée avec Canopy Cloud d’ATOS. Les « synergies » envisagées par la direction passent probablement par le regroupement des sites ATOS et BULL et par les inévitables doublons pour les services centraux et au niveau du management. Il faut aussi convenir que cette opération va aussi probablement ouvrir des opportunités nouvelles pour les salariés du groupe ATOS / BULL avec un investissement et une ambition forte vers les métiers d’avenir. Le groupe ATOS de son côté annonce la revente à PROSERVIA de son département WSDS en charge des activités de support en ligne ou sur site (Workplace and Service Desk Services), cette activité est jugé par le groupe comme insuffisamment rentable. La question est de savoir comment cela va se décliner chez BULL !! Les 800 salariés concernés sont les premières victimes des restructurations à venir. Il y a fort à parier que les regroupements et cessions vont se poursuivre dans les prochains mois. Le Specis-UNSa ne manquera pas de vous tenir informés et restera vigilant pour que les salariés du groupe ATOS / BULL ne soient pas les victimes de cette opération boursière.

Le groupe Atos a bouclé l’OPA amicale du groupe BULL mais à ce jour l’objectif fixé d’un rachat de 95 % des actions BULL semble difficilement atteignable pour le moment . L’intégration des sociétés du groupe BULL au sein d’ATOS ne se fera probablement pas aussi rapidement que prévu. Il faut savoir que le groupe ATOS à lui seul n’est plus que la 4ème SSII en France avec un chiffre d’affaire de 514 M€ soit une baisse de 9,5%.

Pour le Specis-UNSa cela n’a rien d’étonnant ! La baisse d’Atos en France est facilement explicable par, entre autre, la politique d’offshore de notre direction qui a transformé notre Groupe en machine à délocaliser.

Le Specis-UNSa constate aussi quela Direction n’a pas encore informé les représentants du personnel sur sa politique commerciale et sur son projet économique en France.

Le Specis-UNSa sait seulement à ce jour que l’entité BULL avec ATOS Canopy totalisera un chiffre d’affaire de 400 millions d’euros dans le Cloud alors qu’ATOS annonce sa volonté de créer une entité vouée au Big Data et à la cyber sécurité.

Le chantier des réorganisations et des regroupements d’activités ne sera donc pas finalisé cette année et cela d’autant plus que le projet économique de notre Groupe ATOS / BULL en France n’est probablement pas encore totalement arrêté.

Le groupe ATOS détient à ce jour environ 87% des actions BULL. Suite à l’OPA réussie d’Atos sur Bull, Thierry Breton cumulera le poste de PDG de la SSII et de président du conseil d’administration de BULL. Cinq autres dirigeants d’Atos rejoignent également le conseil d’administration. L’OPA amicale sur BULL s’est donc traduite par la prise de controle d’ATOS. Derrière les « synergies » vendues aux actionnaires, c’est la casse sociale que redoutent les salariés. Le discours officiel est que cette fusion doit permettre au groupe de devenir le leader européen du cloud privé et engendrer des synergies de coûts de 80 millions d’euros en 24 mois, notamment grâce à une « accélération de la mise en œuvre de « One Bull », le plan de transformation engagé par Bull ». Le groupe ATOS de son côté annonce la revente à PROSERVIA de son département WSDS en charge des activités de support en ligne ou sur site (Workplace and Service Desk Services), cette activité est jugé par le groupe comme insuffisamment rentable. La question est de savoir comment cela va se décliner chez BULL !!

Les 800 salariés concernés sont les premières victimes des restructurations à venir. Il y a fort à parier que les regroupements et cessions vont se poursuivre dans les prochains mois. Les « synergies » envisagées passent aussi probablement par le regroupement des sites ATOS et BULL et par les inévitables doublons pour les services centraux et au niveau du management. Il faut aussi convenir que cette opération va aussi probablement ouvrir des opportunités nouvelles pour les salariés du groupe ATOS /BULL avec une ambition et une orientation forte vers les métiers d’avenir.

Le Specis-UNSa se refuse quant à lui ne voir que le côté négatif de cette acquisition, les élus et représentants du Specis-UNSa ne manqueront pas de vous tenir informés et resteront vigilants pour que les salariés du groupe ATOS / BULL ne soient pas les victimes de cette opération boursière.

ATOS prévoit de boucler cette OPA amicale du groupe BULL d’ici à fin juillet mais à ce jour l’objectif fixé d’un rachat de 95 % des actions BULL semble difficilement atteignable. L’intégration de l’activité infogérance du groupe BULL au sein de notre société ne se fera probablement pas aussi rapidement que prévu.

Le groupe ATOS à lui seul n’est plus que la 4ème SSII en France avec un chiffre d’affaire de 514 M€ soit une baisse de 9,5%.

Pour le Specis-UNSa cela n’a rien d’étonnant ! La baisse d’ATOS en France est facilement explicable par, entre autre, la politique d’offshore de notre direction qui a transformé notre Groupe en machine à délocaliser.

Le Specis-UNSa constate aussi quela Direction n’a pas encore informé les représentants du personnel sur sa politique commerciale et sur son projet économique en France.

Le Specis-UNSa sait seulement à ce jour que l’entité BULL avec ATOS Canopy totalisera un chiffre d’affaire de 400 millions d’euros dans le Cloud alors qu’ATOS annonce sa volonté de créer une entité vouée au Big Data et à la cyber sécurité sous la marque BULL . Le chantier des réorganisations et des regroupements d’activités ne sera donc pas finalisé à la rentrée et cela d’autant plus que le projet économique du Groupe ATOS en France n’est probablement pas encore arrêté.

Le Specis-UNSa ne manquera pas de vous tenir informé de l’avancée de ce projet majeur et restera très vigilant sur les conséquences sociales de cette opération boursière.

Lun Mar Merc Jeu Ven Sam Dim
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28